Télécharger
Lettre ouverte aux élus
Suite à une demande effectuée à la CARA, restée sans réponse, SPE sollicite l'aide de nos élus pour en obtenir une :
LO aux élus de Saint-Palais.pdf
Document Adobe Acrobat 270.4 KB

La CARA vient enfin d'envoyer une partie des documents à notre Président. A lui, maintenant, de les décrypter .....


 

Pays royannais : les eaux de baignade urbaines voient trouble

 

Article du 29 octobre publié dans le journalSud-Ouest : https://www.sudouest.fr/2020/10/29/les-eaux-de-baignade-u-rbaines-voient-troubleun-hic-sur-les-plages-urbaines-8017332-1510.php

 

Extraits : 

 

Les élus du littoral devaient plancher ce jeudi sur la « sécurité des eaux de baignade » avant que la réunion ne soit annulée. Mais un autre aspect inquiète : la dégradation de la qualité de ces eaux, enjeu sanitaire autant qu’économique. 

 

 

À l’évidence, les causes premières du phénomène sont à chercher davantage sur la Côte de Beauté. L’origine est probablement « plurifactorielle », pressent Stéphane Magrenon, conseiller municipal délégué au littoral et au patrimoine. Même si le maire de Royan Patrick Marengo soupçonne au premier chef le réseau d’assainissement. « Il faut, je pense, que nous balayions devant notre porte avant de chercher la cause de ces désordres en amont », estime-t-il. L’édile de Royan dit « porter (s)a part de responsabilité » dans ce possible dysfonctionnement, mais « il faut avoir le courage, y compris politique, de lancer un vrai diagnostic de l’état du réseau ».

 

 

 

SAINT-PALAIS : La Ville en fait sa "priorité majeure"

Le lac devra être curé

Un plan d’action est déjà sur la table. La Ville a ses propres leviers. « Le lac du parc Raymond-Vignes n’a jamais été curé depuis qu’il a été mis en eau, en 1987. Lui-même reçoit des eaux de ruissellement pluviales et je soupçonne d’ailleurs qu’il a joué un rôle le 13 août. Un poste de refoulement du réseau d’assainissement situé au-dessus a débordé et je pense que, pendant plusieurs jours, l’eau du lac, qui s’écoule par l’exutoire pluvial à côté de Chez Lolo, côté est de la plage du Bureau, a contribué à entretenir le problème. »

Des particuliers fautifs

Curer le lac sera une action possible. Des études sont néanmoins nécessaires. Le canal de Bernezac, se déversant, lui, à Nauzan, nécessitera également un curage. Le dernier date de 2009. Autour du canal de Bernezac d’ailleurs, la Ville s’est penchée sur la conformité des raccordements des propriétés alentours au réseau d’évacuation des eaux pluviales. Verdict : « Nous avons constaté 48 installations non conformes ! Nous allons adresser à tous ces propriétaires une mise en demeure de se mettre en conformité », prévient Stéphane Magrenon.

Dans le meilleur délai possible, avant même d’engager les curages du lac et du canal de Bernezac, la commune va étudier l’opportunité technique d’installer des vannes à l’extrémité de ces écoulements naturels « pour réguler le débit, qu’on ne peut évidemment interrompre de manière permanente. Avec ce système, en cas de fortes précipitations, nous pourrons toutefois retenir l’eau quelques heures, pour ne pas la rejeter en journée et dégrader la qualité des eaux de baignade. »

Pluvial… et assainissement

Stéphane Magrenon emploie toutefois lui-même ce qualificatif, la cause des désordres est « plurifactorielle ». Les eaux de pluie lessivant les sols urbanisés, emportant en même temps les déjections canines, ne sauraient seules expliquer l’altération de la qualité des eaux bordant la plage du Bureau, d’autant que la Ville de Saint-Palais-sur-Mer, qui multiplie les analyses, surveille aussi de près son réseau pluvial.

Le réseau d’assainissement des eaux usées, lui aussi, doit porter une part de responsabilité. Par fortes précipitations, certains postes de refoulement s’engorgent aussi d’eaux de pluie, débordent dans le réseau pluvial, les eaux usées mêlées à la pluie se déversant alors par les exutoires aboutissant dans l’estuaire. « Il y a donc un volet politique à notre plan d’action, qui prévoit aussi que nous travaillions avec la Communauté d’agglomération Royan Atlantique sur ce sujet », plaide Stéphane Magrenon.

 

Le réseau des eaux usées dans le collimateur

CÔTÉ AGGLO Il n’est pas le seul responsable, mais le réseau d’assainissement de l’Agglomération doit assurément être modernisé.

« Certains postes ne sont pas assez bien positionnés en termes d’altimétrie et sont plus sensibles à la montée des eaux pluviales. À Saint-Palais, d’ailleurs, le 13 août, deux postes de relèvement ont vu leur partie électrique noyée et les pompes n’ont donc pas pu fonctionner. »

 

« Nous avons la volonté ferme d’avancer sur ce sujet avant la fin du mandat », assure le président de la Communauté d’agglomération. Renouvelée en avril 2019 à la Compagnie Environnement Royan Atlantique (groupe Saur), la délégation de service publique impose d’ailleurs à l’exploitant un meilleur suivi du réseau. Dont l’hydrocurage préventif, entre autres, de plus de 10 kilomètres de canalisations situées à proximité des plages avant la saison. 

 


Pollution de la plage du Bureau:

L'automne est arrivé, les estivants sont repartis. Ceux du mois d'août, particulièrement les habitués de la plage du Bureau, ont vu leur séjour perturbé par une longue période d'interdiction de baignade pour cause de pollution bactériologique des eaux de baignade de la conche. 

 

Saint-Palais-sur-Mer bénéficie, pour ses plages du centre,  de la certification "Démarche Qualité Eaux de Baignade" . Afin de garantir aux baigneurs de profiter d'une eau saine, la commune s'engage à interdire la baignade suite à d'importants phénomènes pluvieux. En effet, les eaux pluviales sont ramenées, par divers cheminements, vers les plages en drainant toutes sortes de déchets qui peuvent être polluants. Des analyses sont faites et dès qu'elles sont bonnes, la flamme rouge est remplacée par la verte. Pour le plus grand bonheur des estivants qui ont parfois plus ou moins patienté .  Il s'agit, alors, d'INTERDICTIONS PREVENTIVES conformes au cahier des charges de la DQEB. 

 

Tant que les analyses ne seront pas conformes aux normes, la flamme restera rouge.

 

Pour en savoir plus : https://www.stpalaissurmer.fr/vivre-ensemble/environnement/qualite-des-plages-et-de-leau/

Mais, suite au très important déluge qui s'est déversé sur notre commune le 13 août au matin et qui a provoqué de gros dégâts, la flamme rouge a été hissée pendant 10 jours. Cette fois, non pas dans un but de précaution mais pour pollution bactériologique avérée des eaux de baignade.

Le lessivage des sols après une longue période de sécheresse par les eaux de pluie avait eu une part de responsabilité.

 

La cause principale a été un débordement des réseaux d'assainissement dans le Lac.

Les réseaux d'assainissement  (le tout à l'égout, https://www.agglo-royan.fr/assainissement_c ) ramènent les eaux usées d'une grande partie de la presqu'île d'Arvert à la station d'épuration, STEP, située à Saint-Palais. Les eaux épurées sont ensuite rejetées en mer au niveau du Puits de l'Auture (mais aussi servent à arroser le golf de Royan situé à proximité de la STEP). 

A cause de la saturation des réseaux, une de ses nombreuses pompes, située à proximité du Lac, a débordé, provoquant une arrivée massive d'eaux sales, contaminées par des germes fécaux, dans le Lac.

L'émissaire du Lac se trouve au milieu des rochers de la conche du Bureau, entre Chez Lolo et le petit port, donc en plein milieu des eaux de baignade. C'est le "trop plein" du Lac qui se déverse à cet endroit, tout le long de l'année, en flot continu et abondant. Ci-dessous les photos prises à marée basse de l'exutoire pendant la période de pollution de mi-août.

 

 


Télécharger
Communiqué de la Mairie du 20 août 2020
Face à la situation dévalorisant fortement notre station balnéaire, la nouvelle Municipalité va s'intéresser de près aux problèmes de la qualité des eaux de baignade.
communique-Qeb-Saint-Palais-sur-Mer-20-0
Document Adobe Acrobat 133.0 KB

L'exutoire de la STEP au Puits de l'Auture :

Placé au Puits de l'Auture, l'exutoire de la station d'épuration déverse en mer l'eau traitée. Une petite partie de l'eau traitée ne sera pas rejetée mais servira à l'arrosage du golf. 

Ces eaux ne peuvent être rejetées qu'à certaines heures, lors de la marée descendante afin d'éviter qu'elles puissent être renvoyées vers l'estuaire bordé de nombreuses plages.

Les photos suivantes ont été prises quelques minutes après la fin de la marée descendante de coeff 113, samedi 19 sept 2020, au puits de l'Auture. Donc en dehors du créneau imposé par arrêté préfectoral des heures de rejet (pleine mer PM +0,5 h - PM + 5,5 h). Pourtant, de l'eau est rejetée. Est-ce à cause des fortes pluies qui avaient eu lieu la nuit précédente ? 

Pour précision : au moment de la prise des photos, le courant de marée était nul (étale) mais pas celui de l'estuaire. D'où le flot vers l'Océan, au large de la plage des Combots. A marée montante, ce flot, non encore dispersé peut être ramené vers nos plages ! Le non-respect des heures de rejet semble témoigner d'un état de saturation de la STEP.